Le développement

A partir de l’organisation initiale de la formation d’Éducateurs de Jeunes Enfants, le CERPE a développé d’autres activités de formation, toujours fondées sur sa vocation d’œuvrer en faveur de la petite enfance, d'aide à la personne et de l’insertion professionnelle.
Un Département de Formation Permanente est créé en 1981, proposant des stages courts et des conférences à destination des professionnels du secteur de l’enfance.
Convaincue de son engagement pour l’insertion professionnelle, la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales d’Île-de-France sollicite et subventionne en 1987 le CERPE pour organiser un groupe de « préformation aux métiers du travail social ». Les préformations vont continuer les années suivantes, avec le soutien d’autres financeurs : la Direction Départementale du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, le Conseil Régional d’Île-de-France, le Conseil Général de Seine-Saint-Denis.
En 1988, l’Association des Collectifs Enfants Parents Professionnels (ACEPP), fédération de crèches associatives, le plus souvent à gestion parentale, cherche à qualifier le personnel, généralement jeune, intervenant dans ces crèches. Elle se tourne vers le centre de formation d’Éducateurs de Jeunes Enfants l’Horizon (Paris XV) et le CERPE. Il va se mettre en place une formation d’éducateurs de jeunes enfants dans le cadre de contrats de qualification, une promotion entrant chaque année alternativement dans chacun des deux centres.
L’agrément pour la formation d’Auxiliaires de puériculture est obtenu en 1991, le financement étant assuré par le Conseil Régional d’Île-de-France pour des personnes en recherche d’emploi et des jeunes de moins de 26 ans, puis pour une partie par des conventions avec des employeurs, des collectivités territoriales essentiellement. Des groupes en formation dans le cadre de contrats de qualification, toujours en collaboration avec l’ACEPP, s’ajoutent aux groupes en formation en voie directe.
En 1995, pour répondre aux aspirations de promotion professionnelle, tout en conservant leur emploi, de personnes en poste auprès de la petite enfance, une filière de formation d’Éducateurs de Jeunes Enfants dite avec maintien dans l’emploi est organisée. Elle permet avec une alternance formation – emploi de passer le diplôme d’État en trois ans. Cette filière accueillera dans trois promotions successives, de 1999 à 2001, les « emploi-jeunes », engagés par l’Éducation Nationale notamment.
Certains formateurs du CERPE, dont la directrice Claudie CHEBOLDAEFF, intervenaient en tant qu’accueillant bénévoles, dans une structure d’accueil de type parents – enfants, située à Clichy-sous-Bois. Le CERPE reprend la gestion de cette structure en 1997, elle devient une « halte jeu », avec une attention particulière portée aux parents. Elle constitue en quelque sorte un lieu d’application pédagogique, avec du personnel spécifique, mais également des formateurs qui y interviennent, en tant qu’accueillant. En 2004, cette structure devient « multi-accueil », avec une convention renforcée entre le CERPE et la municipalité de Clichy-sous-Bois.
L’année 2000 voit se compléter l’offre de formation aux deux extrémités des niveaux de diplôme avec la mise en place de la formation au CAP Petite enfance et du Diplôme Supérieur en Travail Social. La formation au CAP Petite enfance, premier niveau de diplôme du secteur de l’enfance, correspond aux besoins de personnes dans un parcours de qualification, comme c’est le cas des personnes suivant les préformations en travail social. Certaines d’entre elles n’ont pas les prérequis pour intégrer une autre formation qualifiante, celle d’auxiliaire de puériculture par exemple. Le CAP Petite enfance leur fournit donc un premier pallier de diplôme.
Le projet de la formation au Diplôme Supérieur en Travail Social a été initié par le Centre de Formation aux Professions Éducatives et Sociales – CEMEA d’Aubervilliers (CFPES-CEMEA), en collaboration avec l’Institut de Formation Professionnelle – CEMEA (INFOP-CEMEA) et le CERPE, ainsi qu’en association avec l’Université Paris III, centre de formation continue. Pour des raisons de difficultés juridiques d’alors des deux centres affiliés au CEMEA, c’est le CERPE qui sera le centre agréé et gestionnaire. Comme son nom l’indique, c’est une formation post études initiales en travail social, et il nous a semblé opportun de donner cette possibilité aux ex étudiants des trois centres associés, sans exclusive. Mais, pour des raisons de positionnement de ce diplôme, du nombre important de centres proposant cette formation dans la Région parisienne, le DSTS a eu du mal à trouver suffisamment de candidats financés par leur employeur, et une suspension sera décidée après l’entrée de la troisième promotion, en 2003.
Cette même année 2003, la formation au Diplôme d’État d’Auxiliaire de Vie Sociale, organisée en collaboration avec le Centre de Formation aux Professions Éducatives et Sociales – CEMEA, a reçu sa première promotion. C’est la seule action du CERPE qui s’écarte notablement de la petite enfance. Il apparaît un besoin important de professionnels formés à l’aide à la personne, et cette formation fournit en outre un débouché supplémentaire pour des personnes en parcours d’insertion professionnelle, issues notamment des groupes de préformation.
Le CERPE met en place des formations, auxiliaire de puériculture et éducateur de jeunes enfants, dans le cadre de l’apprentissage, qui paraît être dorénavant une voie privilégiée pour la qualification de personnes en dehors des formations initiales. Un contact dans ce sens est pris avec l’Association pour le Développement de l’Apprentissage dans les Professions Sanitaires et Sociales (ADAPSS). La formation au Certificat d’Aptitude aux Fonctions d’Encadrement et de Responsable d’Unité d’Intervention Sociale (CAFERUIS) est également mise en route en collaboration avec l’Institut Universitaire Technologique de Bobigny, Université Paris XIII, et l’Association des Collectifs Enfants Parents Professionnels. C’est un diplôme de « cadre intermédiaire » du secteur social et médico social, permettant l’accès ou confortant une fonction de responsabilité dans le domaine éducatif et social.

Malgré l’accroissement du nombre de formations, d’étudiants et de stagiaires, le CERPE maintien un mode de fonctionnement en rapport avec ses valeurs et orientations pédagogiques.